Les Mots Détenus

Lecture / Installation
Textes produits lors des ateliers d'écriture menés par l'auteure Sophie Daull au Centre Pénitentiaire de Melun.
Lus par Sophie Daull et Caroline Girard dans une installation de Christine Coste.

Dans le cadre d’une Résidence d’écrivain soutenue par la Région Île de France et portée par la compagnie La Liseuse, j’ai mené avec Caroline Girard (directrice artistique de La Liseuse) et Christine Coste (plasticienne), une action conjointe en prison et à l’hôpital. Nous avions l’intuition qu’apparaîtraient de troublantes analogies entre ces deux lieux d’enfermement, ces deux situations de privation. Nous voulions les mettre en résonance avec les outils qui sont les nôtres : la parole, l’écrit, l’image. Ainsi nous sommes-nous transformées au fil des semaines en drôles d’agents de liaison entre le Centre de Détention de Melun et l’hôpital Beaujon de Clichy-sous-Bois. Ici, lourdes peines ; pathologies lourdes là.

En prison, nous avons travaillé avec neufs détenus. C’est sur leur demande et avec la garantie de leur engagement au long cours qu’ils ont participé à cette action.

Les échanges furent denses, riches, drôles, multiples, toujours déclenchés par une approche exigeante de la littérature et une confiance assurée dans le pouvoir qu’elle détient de faire naître une expression de l’intime. Après les étapes de constitution du groupe, de mise en confiance et de familiarisation avec la méthode proposée, les intervenantes ont fait le pari de s’engager dans la rédaction d’un texte choral, qui agrégerait les niveaux de langue, les imaginaires et les plumes de chacun… De cette démarche collective est né une nouvelle.

A l’hôpital, où notre temps de présence a été moindre, nous avons rencontré six patientes, individuellement, dans leur chambre, dans un rapport direct, privé. Nous leur faisions lecture des textes produits par les prisonniers, elles y faisaient écho depuis leur cloche de douleur et de solitude.

Neuf hommes, six femmes, les mêmes questions : « quelle faute ? » « quelle punition ? » « combien de temps ? » « et après ? ».

Neuf hommes, six femmes : une même situation : l’empêchement.

Grâce au levier de la poésie, notre présence a permis de faire émerger des espaces de liberté, oui, de liberté. Quand le corps est prisonnier – de la maladie ou d’une décision de justice – le foisonnement des imaginaires partagés, la confrontation à d’autres souffrances, la visite de trois hirondelles libres et bien portantes, sans blouse ni uniforme, la sollicitation active du geste écrit, tout cela forme une sorte de sphère gonflée à l’hélium de l’ailleurs, du dehors, qui provoque comme des échappées, des évasions, et une stimulation pour l’après : guérison ou libération, dans les deux cas, on peut parler de réinsertion.

Cette expérience privilégiée a grandi chacun, intervenantes ou participants, et a soudé autour de la littérature une communauté d’auteurs, éphémère et impromptue, mais bien réelle.

Sophie DAULL

 

bandeau site

 

Renseignements et inscriptions :
01 60 56 04 70

Horaires : 18h

Tarifs : Entrée libre

Lieu : Médiathèque Astrolabe, Rue du Château, Melun, France

Médiathèque Astrolabe, Rue du Château, Melun, France

Galerie photos de la liseuse